Le statut de micro-entrepreneur est très plébiscité. Est-il fait pour votre projet ? Notre expert vous donne les clés pour faire le bon choix

Vérifiez si votre activité est compatible avec le régime de la micro-entreprise

Solenne Noel, accompagnatrice des créateurs d’entreprise chez Bakertilly Strego vous conseille en premier lieu de vérifier si votre projet peut être compatible avec un statut de micro-entrepreneur. Certaines activités sont en effet exclues de ce régime :

  • les personnes morales passibles de l’impôt sur le revenu (IR) ou de l’impôt sur les sociétés (IS) : SARL, EURL, sociétés de personnes, sociétés civiles par exemple ;
  • les opérations de location de matériel ou de biens de consommation durable ;
  • les opérations réalisées sur un marché à terme d’instruments financiers (opérations boursières) ;
  • les organismes sans but lucratif (associations) ;
  • les marchands de biens, lotisseurs et constructeurs, agents immobiliers.
  • les activités agricoles qui dépendent de la MSA
  • les gendarmes et militaires

Les atouts de la micro-entreprise

En un clic, vous pouvez créer votre entreprise, les démarches administratives sont simplifiées. Pour Solenne Noel, le choix de la micro-entreprise est pertinent pour :

  • Tester une activité, un projet entrepreneurial
  • Avoir une activité complémentaire en plus d’une activité salariée

Autre atout, peu de frais sont engagés à la création. Les seules obligations sont celles de souscrire une assurance professionnelle et d’ouvrir un compte bancaire pour votre activité.

Pas de chiffre d’affaires, pas de charges à payer

Contrairement à toute entreprise créée, les charges sociales sont calculées sur le chiffre d’affaires réalisé. “Cela laisse le temps à l’entreprise de s’installer. Si votre activité a du mal à démarrer, vous n’avez pas ou très peu de charges. Le calcul est simple : 0 chiffre d’affaires, 0 charge !”, précise Solenne Noel.

Une activité B to B ou B to C ?

Les prestations des micro-entrepreneurs ne sont pas assujettis à la TVA dans la limite du chiffre d’affaire réalisé https://www.impots.gouv.fr/portail/professionnel/questions/pour-rester-micro-entrepreneur-quel-montant-de-chiffre-daffaires-ou-de, ce qui peut permettre d’avoir des tarifs attractifs au début de votre activité si elle est à destination des consommateurs.

“Attention, si vous vous lancez dans un business B to B, à destination des professionnels ! En tant que micro-entrepreneur, vous n’êtes pas assujettis à la TVA, vos clients ne pourront donc pas récupérer la TVA sur vos factures.” met en garde Solenne Noel accompagnatrice des créateurs d’entreprise chez Bakertilly Strego.

Le dernier conseil de Solenne : faites vous accompagner pour être sûr de faire le bon choix !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.