ÉDITORIAL

Innovation cherche vertu, faire offre

L'innovation vertueuse, c'est le fil rouge de la 6e édition de la Digital Tech Conference organisée après deux ans d'absence au Couvent des Jacobins à Rennes ce vendredi 3 décembre. À la manoeuvre, tout "l'écosystème numérique territorial", selon la formule consacrée, emmené par le Poool, autour de la French Tech Rennes/Saint-Malo. Pour avoir eu le plaisir et la responsabilité de coordonner depuis février dernier le comité de programmation de cet événement, je peux témoigner que le choix de cette thématique aux allures d'oxymore a suscité de nombreux débats, tout à la fois sociologiques, économiques, voire philosophiques.

Compétences, monde vivant, société

Qu'est-ce que la vertu, en ce premier quart du XXIe siècle ? Tout ce qui concourt, sans doute, à davantage de sobriété, de respect du vivant, de partage équitable des connaissances et des richesses... À l'issue de longs échanges, riches et passionnants, le comité de programmation de la Digital tech a identifié trois grandes thématiques dans lesquelles cette innovation vertueuse prenait toute sa place: le champ des compétences, entendues au sens de la recherche, de l'éducation-formation, de l'entrepreneuriat, de l'emploi. Celui du monde vivant, qui couvre un large spectre couvrant l'environnement, la santé, l'alimentation, les mobilités humaines. Enfin, le thème de la société avec les questions de sécurité, de démocratie, de culture, d'inclusion... Toutes ces thématiques ont pour point commun d'être percutées par les innovations, notamment numériques, pour le meilleur ou pour le pire. On pense évidemment aux effets de l'intelligence artificielle sur notre perception du réel, à l'heure des deepfakes et des fakes news, mais aussi, dans un registre beaucoup plus vertueux, aux formidables avancées au service du handicap ou à la mise au point de solutions alternatives aux matériaux polluants ou aux énergies fossiles.

Etre curieux, c'est aussi prendre soin de la planète, du vivant, de ses proches et de ses lointains.

L'innovation vertueuse, en définitive, c'est souvent celle qui se co-construit avec ses utilisateurs, devenus parties prenantes de la solution. Pour cela, bien sûr, il faut se former en permanence, être curieux. Comme le rappelait récemment Frédéric Lerebour, le directeur exécutif de Lobodis, qui vient de devenir entreprise à mission, le mot curieux vient du latin cura, qui signifie "prendre soin". Etre curieux, c'est aussi prendre soin de la planète, du vivant, de ses proches et de ses lointains. Ce mois-ci encore, nous avons rencontré à travers nos articles et nos interviews des acteurs qui conjuguent l'innovation vertueuse au présent de l'indicatif. Du recyclage des déchets  à l'inclusion des personnes en situation de handicap, en passant par la recherche d'énergies renouvelables ou la protection des océans, les sujets d'engagement ne manquent pas. Bonne lecture !

Xavier Debontride


H2 renouvelable: les ports bretons à la manoeuvre
C’est l’une des solutions pour la production d’énergie décarbonée. L’hydrogène renouvelable nourrit beaucoup d’espoirs, notamment du côté des ports et des écosystèmes marins en Bretagne.

Entreprise à mission, Lobodis veut faire infuser ses valeurs
Le torréfacteur breton Lobodis annonce ce 18 novembre qu’il devient entreprise à mission. Au-delà du changement de statut juridique, c’est un engagement qui se construit dans la durée, dans une logique de développement équitable et d’inclusion de personnes en situation de handicap.

En Bretagne, les bouteilles en verre s’inventent une seconde vie
Distro, gérée par Marie Clapier et son frère Antoine et 3 autres associés, veut créer une filière de réemploi des bouteilles en verre sur toute la Bretagne. 150 000 tonnes de déchets en verre par an sont collectés sur le territoire.

Ces Bretons explorent les eaux profondes pour préserver la biodiversité
Alors que se tient à Glasgow la Cop 26, Emmanuelle Périé-Bardout revient sur l’aventure d’Under the Pole, qu’elle mène en famille pour explorer les océans et constater l’impact du réchauffement climatique sur la faune sous-marine.

Comment verdir les zones d’activités ?
C’est la dernière zone d’activités disponible aux portes de Dinan (Côtes d’Armor). Prévu sur 39 hectares, le futur écoparc de Bel-Air est conçu pour incarner les transitions du territoire. Explications.

Abonnez-vous !
Pour ne rater aucun article, rejoignez la communauté Ebzh ! Deux formulesd’abonnement, mensuelle ou annuelle, vous sont proposées ici.