Olivier de la Rivière a acheté, sur un coup de folie, l’hôtel Magon de la Lande, situé dans la cité corsaire, il y a 15 ans. L’entreprise familiale propose des visites guidées, des évènements privés, avec, à coeur, de raconter l’Histoire. Le propriétaire des lieux sort un nouveau livre “Album secret de Saint-Malo et de ses environs”.

“C’était une folie, il y avait un gros investissement de base avec l’achat de l’hôtel, l’activité devait être rentable dès la première année. Un business plan d’une demeure c’est pas dans les bouquins ! “, se souvient Olivier de la Rivière. Il y a 15 ans, il apprend que l’hôtel Magon de la Lande est à vendre. Directeur Général dans une société industrielle à Reims, il décide de quitter son travail et embarque femme et enfants dans cette aventure malouine. Son modèle économique ? Vivre de cette demeure, achetée dans un état de délabrement avancé : 9 entrées d’eau directes dans la maison, et mérulée à 40%. Plus du tiers de l’hôtel est consacré à l’activité professionnelle, le reste est partagé entre l’habitation des propriétaires et les travaux. L’entreprise familiale (Olivier, sa femme et un de ses fils) organise des évènements privés et des visites guidées de leur hôtel particulier et de la cité corsaire. Passionné d’Histoire, Olivier embarque ses visiteurs en leur narrant la cité corsaire et partage ses connaissances dans un nouveau livre “Album secret de Saint-Malo et de ses environs”.

C’est quoi un corsaire ?

Une entreprise familiale au service de l'Histoire de la cité corsaire
Le nouveau livre d’Olivier de la Rivière “Album secret de Saint-Malo et de ses environs” est en librairie depuis le début du mois de décembre.

“Quand les gens viennent à St Malo, ils viennent voir un corsaire. Mais même les malouins ne savent pas précisément ce que c’est. Il y a autant de définition qu’il y a de gens !”, s’amuse Olivier. Évidemment, chez Ebzh, on a voulu en avoir le coeur net. Voici donc la définition portée par Olivier de la Rivière. “Un corsaire, c’est un armateur, propriétaire de bateaux, qui va engager son propre navire pour le compte d’un conflit que le roi vient de signer contre un ennemi. C’est aux risques et périls de l’armateur qui se rémunère sur la vente des marchandises récupérées à l’adversaire.” Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas !

Le propriétaire de l’hôtel Magon de la Lande s’est toujours intéressé à l’histoire de St Malo : “Nous sommes descendants de trois armateurs malouins du 17e et 18e siècle. Quand il y a son nom inscrit dans l’histoire d’une ville ça interpelle. L’arrière grand-père du mari de mon aïeule était maire de Rennes.” Dans ses livres, Olivier de la Rivière cherche l’exactitude historique à travers des thèses d’Etat sur le sujet ou des livres du 18e et 19e siècle. “L’Histoire est tout de suite poussiéreuse et ennuyante, donc cela rebute les gens. Dans mon livre, chaque sujet fait une double page, vous pouvez le fermer et le ré-ouvrir sans être perdus et il n’y a aucune erreur factuelle !”, précise l’auteur. Dans cet ouvrage, vous découvrirez les grands sujets qui ont fondé la cité corsaire, à travers différentes époques : le moyen âge, la révolution, l’apogée de la ville et comment les gens y vivaient.

8 niveaux, 59 pièces, 12 escaliers et 9 cheminées

L’hôtel particulier Magon de la Lande, porte St Louis, s’appelle du nom du premier propriétaire. C’est le seul bâtiment, intra-Muros, à être intégralement classé Monument historique 100% des intérieurs et 100% de l’extérieur. Construit en 1725, il n’a pas été abîmé par les bombardements de 1944. Ce bâtiment de 8 niveaux, compte 59 pièces, 12 escaliers et 9 cheminées. Les visites guidées permettent de découvrir les caves, les grands salons, d’expliquer le type de commerce que l’on faisait en période de paix, et ce que signifiait être armateur en période de guerre. Dans cette demeure de corsaire, Olivier et son fils vous embarquent. “C’était évident pour moi de raconter l’histoire du lieu et de la ville. Il n’y a pas de lieu à St Malo où quelqu’un raconte l’histoire de la ville. Cela fait notre succès, depuis 15 ans, nous sommes passés de 3 500 visiteurs à 30 000 visiteurs par an.” L’activité est partagée entre ces visites et l’organisation d’évènements privés. L’entreprise familiale accueille de 20 à 500 personnes et répond à tout type de demande.

D’importants travaux de structure ont été réalisés pendant 12 ans, la restauration intérieure est maintenant lancée. “Nous en avons probablement pour encore de très, très nombreuses années”, explique Olivier de la Rivière. A ceux qui lui ont prédit la faillite, Olivier sourit, fier d’avoir réussi ce pari fou. “Seul, cela aurait été impossible, heureusement que c’est un projet, une aventure, une entreprise familiale”.

C'est un retour sur mes terres natales avec l'aventure Entreprendre.bzh ! Après une carrière dans l'audiovisuel à Paris, notamment en tant que rédactrice en chef pour la chaîne info Bfmtv, la vie m'a ramené en Bretagne. Mon envie ? Rencontrer et partager avec vous les parcours de ceux qui osent, bougent, innovent grâce à leur motivation, leur énergie ou leur histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.