En 2050, la résistance des bactéries aux antibiotiques dite antibiorésistance va causer 10 millions de morts par an dans le monde selon une étude britannique. Des chimistes et bio chimistes rennais ont découvert des molécules qui ouvrent la voie à de nouvelles antibiotiques. Salués par le monde scientifique et la ministre de la santé, ces scientifiques cherchent des fonds, et c’est à l’étranger qu’ils les trouvent.

“Je n’ai jamais eu aussi peu d’argent dans mon labo alors que nous avons fait la découverte d’une nouvelle classe d’antibiotiques, ça n’était pas arrivé depuis 30 ans !”, se désole Brice Felder, professeur à l’Université Rennes 1, directeur de recherche à l’Inserm et auteur principal de l’étude saluée par toute la communauté scientifique.

En faisant de la science fondamentale, ces chercheurs ont découvert des molécules à partir desquelles pourront être crées de nouveaux antibiotiques. Antibiotiques qui de fait n’auront pas d’effet de résistance chez l’être humain.

Chaque année, la résistance des bactéries aux antibiotiques cause la mort de 5 500 personnes en France. Les prospectives parlent de 10 millions de morts dans le monde, chaque année, en 2050 si aucune action d’ampleur n’est menée. “Cela tue plus que le cancer, c’est un mal larvé. Nous devons passer à la phase de tests cliniques mais pour cela il nous faut des fonds. Un test de toxicité pour un seul composé coûte entre 700 000 et 800 000 euros et nous, nous avons trois composés. Vous imaginez l’argent dont nous avons besoin !”, précise Brice Felder

Un colloque interministériel sur l’antibiorésistance

Ce mercredi, les ministères de la Transition Écologique et Solidaire, des Solidarités et de la Santé et de l’Agriculture et de l’Alimentation organisent un colloque sur l’antibiorésistance. La surconsommation des antibiotiques fait de la France le 6e pays européen le plus affecté par la résistance aux antibiotiques après l’Italie, la Grèce, la Roumanie, le Portugal et Chypre. Le gouvernement a affecté 40 millions d’euros en 2018 à la recherche. Pas suffisant pour le chercheur rennais. “Ce colloque, c’est enfoncer des portes ouvertes, je reviens d’Espagne, toute l’Europe a conscience de l’urgence de la situation. Il faut trouver de nouvelles antibiotiques et c’est ce que nous avons fait! Aujourd’hui, je me tourne vers les Etats-Unis pour obtenir une aide de 2 millions de dollars pour les essais cliniques. Ce sont des entreprises philanthropes qui versent des fonds à l’université de Boston. En France, la recherche n’est pas assez soutenue alors qu’avec cette découverte, nous allons pouvoir sauver des millions de vie.”

lutter contre la résistance aux antibiotiques
Structure moléculaire des nouveaux antibiotiques

Une véritable innovation

Le temps de la recherche est long. Brice Felder et ses équipes ont découvert ces molécules en 2011. En faisant de la science fondamentale , ils ont découvert qu’une toxine fabriquée par le staphylocoque doré pour faciliter l’infection était capable de tuer d’autres bactéries. Les chimistes et bio chimistes ont réussi à supprimer sa toxicité tout en gardant ses facultés anti bactériennes, une nouvelle sorte d’antibiotique est donc créée. ” Il nous a fallu 5 ans pour enlever la toxicité, il n’y a que les instituts de recherche qui prennent ce temps, aucune entreprise pharmaceutique ne le prendra pour des raisons évidentes de rentabilité.”

Brice Felder envoie un dossier pour tenter d’obtenir les aides américaines et est en bonne voie d’avoir trouvé une entreprise, bretonne, pour se lancer dans les essais cliniques. “Constitué en société, on pourra démarcher pour obtenir des fonds publics et des fonds privés, et espérer, à terme lancer les essais dans un an.”

C'est un retour sur mes terres natales avec l'aventure Entreprendre.bzh ! Après une carrière dans l'audiovisuel à Paris, notamment en tant que rédactrice en chef pour la chaîne info Bfmtv, la vie m'a ramené en Bretagne. Mon envie ? Rencontrer et partager avec vous les parcours de ceux qui osent, bougent, innovent grâce à leur motivation, leur énergie ou leur histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.