Le confinement ? Nathalie de Broc, journaliste, écrivain, couche sur papier ces instants inédits et vous les fait partager. 3e épisode de “En Transit”, ou l’histoire d’un coup de gueule, aux notes sucrées…

“En Transit”-Episode 3

11 avril 2020, vingt-sixième jour de confinement

Il y a toujours au moins deux manières de vivre dans la prison ontologique où la vie nous place : soit dans l’enfermement soit dans le dépassement. La phrase est signée Christiane Singer, et extraite d’un de ses livres peut-être les plus utiles du moment : “Du bon usage des crises” (Albin Michel 2001). 

Faire de notre enfermement un dépassement de soi. Cultiver nos ressources intérieures. Certes. Mais il m’est venu aussi une interrogation suite à une constatation… Un mini coup de gueule, moi qui pratique souvent le consensus à tout crin. J’ai demandé autour de moi et beaucoup ont expérimenté la même chose. A vous de me dire si vous y avez été également confronté(e)s. Oh ! ce n’est pas grand-chose. Mais suffisamment dérangeant. Lorsque vous sortez pour marcher, faire les courses nécessaires, aller travailler etc.. rares sont les sourires lorsque les regards se croisent. Etonnée, une amie qui a expérimenté le même phénomène a lâché : « maintenant, l’autre c’est l’ennemi ». 

Celui que je croise, celui qui comme moi s’autorise une sortie serait l’ennemi. ? Il cristalliserait à lui seul la crise du virus ? Diable, c’est lui conférer bien des pouvoirs. 

Donc, Sartre et son « l’enfer c’est les autres », aurait gagné ? grrrrr… 

Pourquoi ajouter à ce qui nous est imposé à notre corps défendant, cette autre punition. Que voilà une double peine bien inutile. 

Je ne crois pas qu’échanger un sourire va soudain accélérer les pouvoirs du virus. Que celui-ci, armé de ses petites pattes griffues, (désolée, chacun sa représentation…) va nous sauter dessus et s’en donner à cœur joie. Mais je suis persuadée qu’un sourire va au contraire aider l’autre à supporter de façon plus légère sa situation présente, lui faire se sentir moins seul l’espace d’un instant. L’autre vit la même chose que nous, cela pourrait non pas nous rapprocher … respectons les barrières sanitaires mais alléger notre « incarcération » momentanée, nous rendre complices contre un même ennemi : « une joie partagée est une joie décuplée. Un chagrin partagé est un chagrin diminué de moitié. » (C. A. Tiedge)

Alors rien qu’un petit signe, puisque nous voilà tous dans la même galère.  C’est beaucoup, même si c’est si peu. Et en ce moment, le moindre d’entre eux éclaire nos jours. 

Retrouvez l’épisode 2 ici

Recette de pain brioché au yaourt 

  • 500 gr de farine
  • 50 gr de beurre fondu
  • 2 yaourts natures
  • 2 sachets de levure de boulanger
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 demi-cuillère à café de sel
  • 1 œuf entier
  • 1 jaune d’œuf
  • 80 gr de sucre
  • Du gros sucre

Préparation de la recette

  1. Dans un grand saladier, mélanger la farine, la levure, les yaourts, l’œuf, le beurre, le sel, le sucre et le sucre vanillé.
  2. Malaxez la pâte pour former une boule de pâte.
  3. Laissez reposer pendant 20 minutes à température ambiante.
  4. Pétrissez une seconde fois la pâte puis formez 4 boules de par égal.
  5. Déposez-les dans un plat à cake.
  6. Laissez reposer 30 minutes.
  7. Préchauffez le four à 180 °C (thermostat 6).
  8. Badigeonnez la brioche avec un jaune d’œuf.
  9. Saupoudrez de gros grains de sucre.
  10. Enfournez pendant 30 minutes.
Du journalisme radio (France Inter) et télévision (France 3) à l’écriture de romans. Un pas franchi un beau matin de 2003, en osant envoyer un synopsis de quelques pages (quelle inconscience !) à une grande maison d’édition parisienne. Histoire de changer de vie, de troquer l’instantanéité pour le temps qui dure. Le début d’une aventure que je n’imaginais pas si riche en découvertes, en doutes aussi et en rencontres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.