Le président de la République vient d’annoncer des mesures drastiques face à la propagation du coronavirus. Le confinement oblige chacun à s’adapter, personnellement et professionnellement. Le chef de l’Etat promet un soutien “inconditionnel” aux entreprises

Le chef de l’Etat a promis, lors de son allocution de ce lundi soir, “qu’aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite”. Le président de la République a voulu aussi rassurer les plus petites structures en les assurant que “tant que la situation perdurera, elles n’auront à débourser ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales.” Ces mesures ont déjà été évoquées par le ministère de l’économie (les mesures de soutien à retrouver ici), mais lors de cette deuxième allocution, Emmanuel Macon va plus loin et annonce la suspension des factures d’eau, de gaz ou d’électricité ainsi que les loyers. Une réponse aux inquiétudes des chefs d’entreprise qui s’inquiètent des charges fixes qui continuent à tomber alors que le chiffre d’affaires est pour certaines à zéro.

“Est-ce que l’Etat va pouvoir nous aider ?”

Confinement : un soutien "inconditionnel" aux entreprises
Romuald Lenève a dû fermer ses 3 micro crèches suite aux mesures prises par le chef de l’Etat le 12 mars dernier.

Le téléphone de Romuald Lenevé sonne beaucoup mais c’est pour des annulations. Le patron des “Zouzous rennais” gère 3 micro crèches (10 enfants maximum) et propose également de la garde d’enfants. De nombreuses familles annulent les heures de garde périscolaire. La fermeture des écoles et collèges ont amené les parents, salariés comme entrepreneurs, à poser des congés ou à privilégier le télétravail, plus besoin de baby-sitter. “Les activités à domicile ne sont pas concernées par le chômage partiel. Ces personnes ne sont pas rémunérées si elles ne travaillent”, précise Romuald Lenevé. Le ministère de l’économie réfléchit à une aide pour ces travailleurs précaires. Les crèches fermées, Romuald s’inquiète des emprunts bancaires, des loyers qui eux continuent de tomber. “C’est une décision de l’Etat. Avec mon expert-comptable on veut s’assurer qu’ils prendront ces frais en charge”, s’inquiète le patron des “Zouzous Rennais”. Le chef de l’Etat a réaffirmé le report de charges fiscales et sociales, et a annoncé “le soutien ou report d’échéances bancaires et de garanties de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques”. Les salariés des crèches sont de fait mis en chômage partiel, un dispositif largement élargi a précisé le chef de l’Etat. Par contre, Romuald Lenevé devait ouvrir une nouvelle crèche le 30 mars, la salariée prévue sur cette structure ne verra pas son contrat signé. “Je ne peux pas l’embaucher alors que je ne sais pas si et quand la structure d’accueil ouvrira.”

Les entreprises obligées de s’adapter

Confinement : un soutien "inconditionnel" aux entreprises
Anne Chevalier, fondatrice de l’agence de communication Yode, avait anticipé les reports et annulation d’évènements liés au Covid-19.

Les mesures de confinement annoncées, le chef de l’Etat a réaffirmé que “toutes les entreprises doivent s’organiser pour faciliter le travail à distance”. Les entreprises spécialisées dans la mise en place opérationnelle du télétravail sont littéralement assaillies de demandes. “Depuis jeudi soir 20h30, nous sommes pris d’assaut” constate, débordé, Léonard Chabredier, Pdg d’IT Bubbly et IT Bubbly bzh, cabinet de conseil et prestation informatique pour les entreprises. Tous leurs clients les appellent pour mettre en place dans leur structure les outils informatiques nécessaires au télétravail. “Nous mettons en place des solutions VPN (virtual private network) qui permettent de sécuriser les données entre l’entreprise et le domicile. Que le salarié ait les mêmes fonctionnalités chez lui que sur son poste de travail. Par contre, certains services, comme la téléphonie, ne sont pas accessibles à distance”, précise le Pdg. Les équipes interviennent à distance sur n’importe quel ordinateur. Des journées, soirées et week-end chargés car peu d’entreprises avaient bien anticipé les conséquences de cette crise sanitaire et le confinement de leurs collaborateurs inhérent à cette situation. “Nous avons essayé d’alerter bien avant, nous avions mis en place les outils nécessaires chez nos clients mais ils n’étaient pas utilisés. Dans cette période de crise, nous sommes là pour les aider et leur proposer nos services gratuitement”, affirme Léonard Chabredier. Anne Chevalier, fondatrice de l’agence de communication Yode, avait elle aussi anticiper les mesures drastiques liées à la propagation du coronavirus. “Nous avons depuis vendredi envoyé tous les courriers d’annulation d’évènements, de campagne de communication, que nous avions préparé avant”, précise-t-elle. La communication fait partie des secteurs les plus touchés en cas de crise économique.” Le bilan de ce trimestre va être très difficile. D’autant qu’en tant que maman, il va falloir que sur mon temps de travail, je m’occupe aussi de mon enfant. Cela va être difficile de travailler autant que je le voudrais”, constate Anne Chevalier. La chef d’entreprise sait que les semaines à venir vont être économiquement difficiles. Le soutien “inconditionnel” de l’Etat sera-t-il suffisant pour les entreprises implantées ? Retrouvez ici la page “Solidarité” sur notre site qui recense les mesures du gouvernement et les entreprises qui font preuve de solidarité, de gratuité de services.

C'est un retour sur mes terres natales avec l'aventure Entreprendre.bzh ! Après une carrière dans l'audiovisuel à Paris, notamment en tant que rédactrice en chef pour la chaîne info Bfmtv, la vie m'a ramené en Bretagne. Mon envie ? Rencontrer et partager avec vous les parcours de ceux qui osent, bougent, innovent grâce à leur motivation, leur énergie ou leur histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.