Christian et Martine Le Bozec organisent des concerts chez eux pour soutenir les artistes. Pour les musiciens qui n’ont pas pu se produire pendant le confinement, ils jouent cet été dans leur jardin. Le monde du spectacle, en difficulté, demande au gouvernement de leur garantir un retour rapide sur scène.

Des concerts à la maison pour soutenir les artistes
Christian et Martine Le Bozec dans leur salle spécialement conçue pour accueillir musiciens et public.

Dans le village de Pluneret, tout le monde connaît les concerts de Christian et Martine. La musique fait partie intégrante de ce couple, parents de 4 enfants eux-même musiciens. L’annulation des festivals, des concerts, due à la crise sanitaire amène les Le Bozec à organiser des représentations cet été. La dernière était ce dimanche. “C’est un groupe de musiciens qui a l’habitude de se produire chez nous. On avait à coeur de leur maintenir une date”, précise Christian. Une vingtaine de spectateurs, munis de victuailles et boissons à partager à l’issue du show, se sont regroupés dans le jardin familial. “Normalement, nous accueillons une soixantaine de personnes mais pour respecter la distanciation sociale, on réduit à 25 au cas où nous devrions rentrer dans la salle de spectacle”, explique l’organisateur. Car chez Christian et Martine, c’est une véritable scène qui est sous leur toit, avec lumières et tentures. Tous les styles de musiques sont proposés. Un de leurs fils est musicien professionnel, intermittent du spectacle. “On voit que c’est très difficile en ce moment pour lui et sa compagne, chanteuse. Les gens qui sont là, ils viennent par solidarité avec les artistes”, constate le couple. Une fois le public salué, c’est le chapeau qui tourne. “C’est pas énorme mais les artistes touchent entre 60 et 100 euros, ça compense les frais et surtout ça leur permet de jouer. Aujourd’hui, c’est tellement difficile !”, regrette le couple. Franck Riester, alors Ministre de la Culture, avait encouragé tout à chacun à organiser des évènements musicaux à domicile. Les concerts dans des lieux accueillant du public sont toujours interdits. Christian et Martine ne font pas ça pour l’argent et sentent, aujourd’hui, encore plus qu’avant le besoin vital pour ces hommes et femmes d’avoir des concerts. “Certains intermittents ne vont pas se relever de cette crise, c’est tellement triste de les voir ramer comme ça”. Le rideau, à Pluneret, est baissé pour le reste de l’été mais Monique et Christian ont déjà des dates prévues à la rentrée.

“Concerts debout, touchés en plein coeur”

Des concerts à la maison pour soutenir les artistes
Les professionnels du secteur ont écrit une lettre ouverte au gouvernement réclamant une visibilité pour les concerts à venir.

Le Gouvernement a mobilisé plus de 5 milliards d’euros depuis le mois de mars afin de faire face à l’impact de la crise de la Covid-19 sur les secteurs de la culture et des médias. Conscients des efforts faits par les autorités, les professionnels du secteur n’en sont pas moins inquiets des mois à venir. Le 23 juillet, un collectif réunissant directeurs de salles de spectacle, musiciens, producteurs ont écrit une lettre ouverte au Président de la République, au Premier Ministre et à la toute nouvelle Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot. Intitulé “Concerts debout, touchés en plein coeur”, les signataires demandent à ce qu’ils aient une visibilité sur la reprise des concerts. “Après plus de 4 mois d’arrêt complet et à moins de 40 jours de la reprise habituelle de nos saisons de spectacles, de nos tournées et de nos concerts, nous, artistes, technicien·ne·s, producteur·trice·s, organisateur·trice·s de concerts, prestataires et travailleur·se·s indépendant·e·s, professionnel·le·s de la musique réclamons depuis plusieurs semaines un positionnement de votre part quant à une possible échéance de reprise des concerts en configuration debout”, précise le courrier. Cette lettre est signée par 1 500 professionnels du spectacle, du chanteur Miossec, aux propriétaires de la salle l’Ubu Club ou l’Etage à Rennes. Porté par le syndicat des musiques actuelles, ces derniers affirment avoir déjà sollicité le précédent gouvernement sur cette question le 10 juin dernier. Des demandes aujourd’hui restées sans réponses.

C'est un retour sur mes terres natales avec l'aventure Entreprendre.bzh ! Après une carrière dans l'audiovisuel à Paris, notamment en tant que rédactrice en chef pour la chaîne info Bfmtv, la vie m'a ramené en Bretagne. Mon envie ? Rencontrer et partager avec vous les parcours de ceux qui osent, bougent, innovent grâce à leur motivation, leur énergie ou leur histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.