Un mois après le 11 mai, date de réouverture, les commerces de proximité sont plébiscités, les clients au rendez-vous ! Reportage rue Ville Pépin, dans le quartier de Saint-Servan, à Saint-Malo.

Karine Gagneraud, gérante de la boutique de vêtements pour femmes “La fée maraboutée” en est presque émue. “Nous avons une clientèle de quartier, fidèle, pour preuve, mon chiffre d’affaires du moi de mai 2020 est meilleur que celui de 2019.” Achats de réconfort après des semaines de confinement ou soutien aux commerces de proximité, Karine a retrouvé sa clientèle même si le rythme n’est pas le même. “Il y a des jours où nous avons personne, et d’autres où il y a du monde, nous n’avons plus les mêmes repères”, explique-t-elle. Une cliente entre dans la boutique, avec port du masque et lavage des mains au gel hydroalcoolique. “Je peux essayer ? Tu l’aurais en 40?” Ici, les clientes sont pour la plupart des habituées. C’était une évidence pour Karine de permettre à chacune de porter les vêtements en boutique, elle permet même à certaines de partir à leur domicile avec quelques modèles sous le bras. “Les clientes se sentent plus rassurées dans les petites boutiques que dans les grandes enseignes. Tout vêtement essayé, non acheté, je le mets de côté. Ma priorité est la sécurité. J’ai également proposé des rendez-vous aux clientes fidèles qui ont le magasin pour elles seules”, précise Karine.

La rue Ville Pépin a repris vie le 11 mai avec l’ouverture de ses nombreux commerces.

“Les clients veulent que leurs commerces vivent”

Valérie Albisetti-Le Saux, présidente de l’Union commerciale servannaise, devant sa boutique.

“Que ça fait du bien de voir les boutiques ouvertes ! Il faut les soutenir sinon elles baisseront le rideau et on a vu pendant 2 mois ce que cela faisait des commerces fermés, on n’a pas envie de voir notre quartier mourir”, clament en coeur Séverine et Corinne, toutes deux habitantes du quartier qui viennent aussi bien rue Ville Pépin pour les commerces de bouche que pour “les achats plaisir”, comme elles les appellent dans un grand sourire. Valérie Albisetti-Le Saux est présidente de l’Union commerciale servannaise qui représente plus de 80 commerçants dans la rue Ville Pépin, et ses rues adjacentes. Le bilan économique 1 mois après l’ouverture fait état de 30% de chiffres d’affaires en moins dans certains commerces, comme les librairies et certaines boutiques d’optique qui reconnaissent une baisse d’activité par rapport à 2019. “Mais les commerçants sont confiants, ils voient que les gens ont envie de revenir et qu’ils veulent que leurs commerces vivent”, explique la présidente de l’association. “Les aiguilles de Lulu” est en plein essor puisque son commerce a répondu à la crise. “J’ai fait du drive dès début avril, avec une vente record de la mercerie. Tout le monde avait besoin d’élastique pour confectionner des masques. Les clientes viennent toujours chercher du tissu pour les masques mais également pour de nouveaux projets. Cela leur a donné envie de se lancer dans la couture”, affirme Lucie Caous. Et c’est juste à côté que les habitants de Saint-Malo peuvent prendre des cours ! Valérie, la présidente de l’Union commerciale, tient la boutique “Des mains en or” qui propose des ateliers de couture et de la vente de matériel. “Dans ma boutique, je vends aussi des jeux d’activité pour les enfants et les gens se rendent compte que ce n’est pas forcément beaucoup plus cher qu’en grandes surfaces et que surtout nous avons des produits différents”, explique-t-elle.

La boutique de Lucie a fait du drive pendant le confinement pour vendre élastiques et tissus nécessaires à la confection des masques.

Un élan de solidarité

La majorité des commerces de la rue sont des indépendants. Il n’est pas simple de gérer une telle crise seul, l’Union commerciale a énormément communiqué pendant le confinement sur les aides aux entreprises, les dispositions à suivre, à ses adhérents comme aux autres. “C’était une évidence d’être solidaires. Il est difficile d’avoir les bonnes informations quand on est seul dans sa boutique. Nous avons beaucoup échangé sur les règles sanitaires à mettre en place puisque que chaque commerce est libre de ce qu’il met en place”, précise Valérie. Dans la grande majorité des commerces de la rue Ville Pépin, le port du masque est demandé et des gels hydroalccoliques sont à disposition. Tous les commerçants rencontrés se réjouissent d’un tel élan de solidarité entre eux et de la part des clients. Un événement dans la rue devrait être mis sur pied cet été pour consolider le lien entre les commerçants et les habitants, et aussi “pour leur dire merci”, souffle tout simplement Valérie .

C'est un retour sur mes terres natales avec l'aventure Entreprendre.bzh ! Après une carrière dans l'audiovisuel à Paris, notamment en tant que rédactrice en chef pour la chaîne info Bfmtv, la vie m'a ramené en Bretagne. Mon envie ? Rencontrer et partager avec vous les parcours de ceux qui osent, bougent, innovent grâce à leur motivation, leur énergie ou leur histoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.